Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 juillet 2010 5 16 /07 /juillet /2010 19:50

http://www.offroad-bike.fr/champsaur/images/bandeau.jpg

 

Patrice, membre de l'organisation de la Puyfolaise a déserté (ouh le vilain !) la Vendée pour aller tater de la montagne... de la vraie. C'est pas loin de Gap dans les zautes Alpes. Il nous fait l'amitié de partager son expérience :

 
Hautes-Alpes (05), vallée du Champsaur, l'Off-Road 2010 : rando d'Or FFC sur 50km +2100m/-2300m
 
Un peu d'histoire :
Les Hautes-Alpes ne sont pas les plus hautes, mais à l'époque de la création des départements, c'était la partie Française la plus haute... un peu plus tard La France s'est étendue et a atteint des sommets encore plus hauts !
 
Mais pour faire du VTT c'est déjà bien, bien haut.
 
Préparatifs :
Attirée par une épreuve très médiatisée : affiches et pub partout, j'ai choisi de m'essayer au VTT en montagne sur une rando de 50km
http://www.offroad-bike.fr/champsaur/index.php : j'ai laissé la compétition aux compétiteurs !
Déjà c'est cher ici : 15€ d'inscription. Mais vu la qualité de l'organisation, cela se comprend : lire la suite !
 
L'inscription :
Comme souvent, malgré l'inscription sur place, le supplément pour inscription tardive n'est pas réclamé.
Mais suite à l'inscription, nous recevons le T-Shirt "Off-Road Champsaur 2010" ainsi que quelques publicités.
Le petit plus sympa : un jus d'orange, un croissant et un pain au chocolat...
Je n'avais point faim, mais plutôt l'envie de pédaler !
 
Le départ :
Le départ de la rando se fait dans un créneau de 30 minutes, en l'occurence pour les 50 km, vu la chaleur annoncée, l'essentiel des 50 à 60 participants est parti dès 8h30 ou presque.
Le ton est donné immédiatement, 200 mètres après le départ : 50 mètres de prairie à monter sur le petit plateau !
 
Le parcours :
C'est un parcours de montagne, mon premier !
- 1 à 2 % de partie plates,
- 5% à 10 % de bitume (en particulier une jonction entre 2 vallées, et une très longue montée en plein soleil !)
- 1 à 2 % à monter à pied (trop raide) ou à descendre à pied (pente trop forte)
- plein de pistes forestières (50% du parcours) : souvent assez carossables dans les montées et avec beaucoup de cailloux dans les descentes
- plein de "singles" (30 à 40 % du parcours) : chemins des randonneurs : les descentes étroites en lacets, c'est pas facile !
 
Les impressions : Ce que l'on ressent en tant qu'habitué des pistes vendéennes :
- En préparation : 25 km quelques jours avant : un dénivelé de +500m sur 7 km... pour se rassurer.
- Les montées sont souvent longues : il faut pour les plus difficiles, mettre pied à terre pour reprendre son souffle, admirer le paysage, voire pousser le vélo !
- Les descentes sont pleines de rigoles énormes et de cailloux tout aussi dangereux : si en Vendée, il est possible de descendre à fond ; en montagne avec de telles pentes on passe son temps sur les freins, et aucune envie de regarder le paysage à ce moment là. A la fin de certaines descentes, c'est les mains qui sont fatiguées à force de freiner !
- Une bonne partie du parcours est un régal d'un point de vue technique : passage de rocher, en équilibre au bord des ravins, vélo sur l'épaule dans le lit des torrents à sec ou presque.
- Peut-être un manque de souffle lié à l'altitude (au dessus de 1500m)
- Pas de fatigue le lendemain, zéro courbature !
 
Les ravitos : du jamais vu !
- au départ, jus d'orange et viennoiseries
- 3 ravitos avec : pastèque, melon, pruneau, abricot, pâte d'amande, prunes, orange, pêche, banane, chips, biscuits, et je crois que j'en oublie !
  Et à boire, c'est un accueil sympathique qui sous le soleil matinal vous sert le sirop de votre choix !
- A l'arrivée : rebelote ! Avec en plus une patisserie locale, des tourtons, du saucisson...
 
Le fléchage :
Le fléchage était bien, malgré quelques lieux sujets à hésitation : simple et efficace. Mais en comparant, celui de notre Vendée Verte est encore mieux... !
 
L'ambiance :
- Accueil vraiment excellent au départ, sur les ravitos et à l'arrivée : les bénévoles étaient nombreux et efficaces.
En particulier à proximité des passages dangereux, la croix rouge était présente.
 
Arrivée :
5 heures plus tard avec plus de 30° (il faut juste beaucoup boire), mon compteur donne 54 km environ pour une moyenne de 13.5
 
Conclusion :
Les Alpes et ses milliers de km de pistes est un vrai royaume du vélo tout terrain.
Physiquement, c'est seulement un peu plus diffcile (surtout avec plus de 30° !)
Par ici, il y a beaucoup de monde sur les compétitions et peu sur les randos : pas de bouchon !
A vous de venir voir !
 
PS : pour le matériel, privilégier un modèle tout suspendu, dans les descentes, un débattement de 120 voire plus c'est pas du luxe si vous voulez allumer... sinon faite comme moi : un vieux semi-rigide à 400 € fait l'affaire... en allant doucement !
 
Pat'

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Pat' 18/07/2010 21:15



Le pseudo " Pat' ", c'est pas pour Patrice...


Patrice est également un membre du CTH85, qui de la route est passé au VTT (quelle bonne idée !) mais avec ce vieux défaut, il n'aime ni la technique, ni les pentes... pour les Hautes-Alpes c'est
pas gagné...


Pat'



Christophe 19/07/2010 09:59



c'est pourquoi alors ???