Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
30 mai 2006 2 30 /05 /mai /2006 11:03

On avait causé du vélo dans sa globalité il y a quelques semaines dans un article qui, depuis, a quasiment fait le tour du monde puisque traduit en 85 langues et dialectes aux dernières nouvelles. (Je vous rappelle pour mémoire que le Da Vinci Digicode n’a bénéficié que de 56,5 traductions, la demi-traduction en plus des 56 étant le langage SMS que l’on ne peut pas considérer comme une langue officielle, une langue régionale ou un patois. Et si cela n’avait tenu qu’à moi, en tant que vieux con de service et surtout en tant que président d’honneur du mouvement pour la lutte contre l’abus du langage SMS en dehors des téléphones portables (le MLALSMSDTP pour les initiés) je n’aurai même pas attribué ce 0,5 pour le moins généreux…

 Bon, on né pala pour parlé D sa, mé +to pour cosé de VTT.

Il y a quelques années, quand on parlait de VTT, on employait le mot … « VTT » et les plus courageux allaient même jusqu’à dire « mountain bike » quant aux plus hypes, ils se la donnait en utilisant MTB...  Aujourd’hui, t’as le choix : hardtail ou full, cross-country, rando sportive, ballade, marathon, enduro, free-ride, descente, dirt, éventuellement trial. Toutes ces appellations d’origine pas toujours contrôlée, sont autant de pratiques qui paraît-il, nécessitent des vélos spécifiques.

Si tu ne lis pas tous les mois pendant au moins 3 ans et demi la totalité des magazines français relatifs au VTT, il y a assez peu  de chance que tu t’y retrouves.

 

 

 

Sauf que de la chance, tu en as puisque tu lis ce merveilleux blog tous les jours...

 

 

 

Donc, on va faire le tour des pratiques avec les vélos qui vont avec. Je mets de côté tout de suite le dirt (parce que je préfère le vélo en pleine nature) et le trial (parce que je préfère les vélos avec une selle). Ces 2 sports ont toute ma sympathie et mon  respect par ailleurs.

 

 

1/ pour toi, le VTT n’est que la recherche d’absolu dans ta quête éperdue de finir devant tout le monde sur des courses assez courtes où ça monte sûrement beaucoup et ça descend un peu. Tu te fous comme de l’an 40 d’avoir le fessier défoncé et le dos en compote au bout de 2 heures, du moment que tu leur as mis, à tous ces miséreux, la tôle de leur vie : tu fais du Cross Country ! il te faut du rigide (même en tout-suspendu (maxi 100 mm)), du nerveux et  du léger.

 

 

 

2/ tu es comme le N°1 mais sur des plus longues distances. Tu roules donc bien plus de 2 heures, ton dos et ton fessier réclament ainsi un peu plus de confort : tu fais du Marathon pardi ! il te faut un vélo un peu plus confortable que le zigoto N°1 : tout suspendu (110 à 120mm), assez léger et pas trop mou du genou pour pouvoir relancer dans les longues  cotes qui jalonnent ton calvaire.

 

 

 

3/ pour toi, le VTT c’est plus sympa lorsque cela descend (surtout en montagne), mais il faut quand même de temps en temps que tu puisse grimper sans l’aide des remontées mécaniques : tu fais de l’enduro !  Et bien là, il paraît qu’un tout suspendu (full pour les intimes) c’est ce qui se fait de mieux, avec au moins 130 mm de débattement et au max 160.

 

 

 

4/ Y a pas à dire, tu considère le VTT comme une guerre contre les éléments. Sauf que quand ça monte, tu joues plutôt les déserteurs. Par contre, dès que l'inclinaison s’inverse, tu ne réfléchis plus : dré dans l'pentu, rien ne t ‘arrête, pas même les arbres que tu coupes en 2 si ils avaient l’idée saugrenue de traverser le chemin (s’il y en a un !) lors de ton passage.

« A donf » est ta seule devise, tes gaps (sauts) sont radicaux, et pour toi bien entendu, les freins : c’est pour les lâches ! Tu fait au choix : de la descente ou du free-ride ou les 2 . Ton vélo : c’est du lourd, du costaud et il te faut entre 160 et 220 mm de débattement pour absorber le relief forcement défoncé de ton terrain de jeux et les réceptions de tes sauts toujours plus hauts (ooohhh, oooooooohhhhhhhh, ooooooohhhhhhhh). 

 

 

 

5/ tous les dimanche matins, tu vas faire la rando du coin avec tes potes, tu n’es pas là pour chasser le chrono, tu es juste là pour te faire plaisir en montée, sur le plat et en descente. Tu fais de la rando « sportive » ou de la ballade tout bêtement si tu veux en plus profiter du paysage. Et là, pour choisir un vélo, c’est super compliqué… Du moment que tu ne choisit pas une monture trop exclusive (zigoto N°1 et N°4) , tu fais comme tu le sens… et surtout comme ton porte-monnaie te le permet.

 

 

 

Bien entendu, si tu crèches en plein marais poitevin, tu vas avoir du mal à faire du free-ride ou de la descente.

Si au contraire, tu habites en Savoie (Haute ou pas Haute), tu vas sûrement  apprécier le confort de ton full.

 

 

 

Pour finir, si tu cherches un conseil superméga sérieux, un vélo c’est comme les fringues : si tu peux, il vaut mieux l’essayer parce que, contrairement aux fringues, ce n’est ni repris, ni échangé. 

Allez, fini les conneries, il faut aller rouler maintenant.

 

Repost 0
21 mai 2006 7 21 /05 /mai /2006 14:26

J'y vais ? J'y vais pas ? Météo France nous ayant gratifié de prévisions presque "cycloniques", la question méritait d'être posée. Et puis, quand on y réfléchit bien, Météo France se plante 2 fois sur 3... et ce fut le cas ce matin, du vent certes, mais pas une gouttelette de pluie !

Cela ne veut pas signifier pour autant que nous avons manqué d'eau, loin de là. On va dire que globalement les chemins étaient gras,  que certains passages étaient très gras, et enfin, que d'autres étaient franchement boueux... Le joli mois de mai où les fleurs volent au vent c'est :

1 soit dans les chansons

2 soit pas en Vendée

Revenons à nos moutons : après une inscription presque clairsemée (le gros des troupes a dû partir bien tôt) nous attaquons le 35 km. Ludo est obligé de prendre son vélo "mulet" vu que le beau est en pièces détachées. Mulet est un nom bien trouvé d'ailleurs pour son enclume et 35 bornes seront suffisantes ce matin pour le "Gypsy show".

Ce qu'il y a de bien au Poiré, c'est que dès le départ, ça monte et ça descend. Il n'y a pas de round d'observation sans pour autant que ça te fusille tes patounettes. Sur le parcours, c'est rarement tout plat, et quand ça l'est, cela ne dure pas très longtemps, en bref, c'est très vallonné et donc très agréable.

Beaucoup de singles, 2 ou 3 descentes chaudes, beaucoup de raidillons, de la forêt, des champs, du bord de rivière et un passage à gué d'antologie : pour ceux qui n'ont pas pris la passerelle ( les lâches...) il ne fallait pas se tromper de trajectoire, c'était tout à droite. Du bon VTT en résumé, les organisateurs ont, à mon humble avis, bien exploité les possibilités sur le coin.

Si le fléchage n'a pas posé de problème car bien placé et bien visible, il manquait à certains endroits quelques panneaux pour la sécurité : descente dangeureuse, traversée de route etc...

Pour les ravitos, si l'année dernière, les randonneurs avaient un peu gémi à cause de la distance séparant le départ de la première pause (28 km), on ne peut pas en dire autant cette année : 1er ravito : 9km, 2ème.....15km (25 pour le grand circuit) et après...rien. Peut-être que l'an prochain, les 2 ravitaillements (nombre amplement suffisant) seront répartis de manière un peu plus judicieuse ?

Mais pour ne pas finir sur cette "petite" mauvaise note, je tiens à décerner le prix de "la meilleure brioche vendéenne du départ  de rando" aux organisateurs du Poiré. Elle était succulente et même si on n'est pas vraiment là pour ça, on préfère quand c'est bon, c'est comme tout !

Les crampons :

Coup d'oeil : 4

Mollets : 3

Cerveau : 3 (parfois 4 avec la boue dans les dévers)

Coup de coeur : 4

Repost 0
Published by znort - dans Rando Report
commenter cet article
15 mai 2006 1 15 /05 /mai /2006 08:00
Repost 0
14 mai 2006 7 14 /05 /mai /2006 15:10

Si, dans ce bas monde, vous n'avez jamais rencontrer des êtres gentils, avenants, prévenants et accueillants, il faut que vous veniez l'année prochaine à cette petite rando de Ste Flaive des loups, parce que, pour cette année : c'est rapé, c'était ce matin.

Perso, c'est la première fois que l'on me demande mon N° de portable au cas où je ne pointe pas à l'arrivée, histoire d'être rassuré qu'il n'est rien arrivé. Tout le reste est du même tonneau, que ce soit au départ, aux ravitos et à l'arrivée.

 

Pour ce qui est des parcours, c'est 30 ou 50 km, basta. C'est donc parti pour le 50 !

Bon, on va la faire courte : Ste Flaive, c'est bon pour travailler le foncier => à la louche, 20 bornes de bitume, 20 de chemins de remembrement et 10 de "vrai VTT". Pas grave, on est là pour la bonne action (construction d'une école au Mali), il fait beau, le soleil brille et les oiseaux chantent.

Renseignements pris auprès de Mister Antoine, autochtone du coin qui sévit sur le forum Vélo-Vert, on a écumé la plupart des single-tracks du pays, donc : les organisateurs ont fait de leur mieux.

Pour la 3ème édition en 2007, quelques petites choses à regarder de plus prêt :

Un ravito au 14ème et un au 45ème : c'est pas énorme et peut être mieux réparti...

Les flèches blanches se voient un chouïa mieux si...elles ne sont pas blanches (un peu de fluo aide à la lecture du randonneur qui a la tête dans le guidon)

La veille avait lieu une rando dans le bled le plus proche de Ste Flaive : c'est dommage, cela a du beaucoup minorer le nombre de participants en ce beau dimanche de mai.

Les crampons :

Coup d'oeil : 3

Mollets : 1

Cerveau : 1

Coup de coeur : 4 et même 5 pour l'accueil !

Repost 0
Published by znort - dans Rando Report
commenter cet article
9 mai 2006 2 09 /05 /mai /2006 23:24

Tous les VTTistes sont égaux devant leurs vélos . Il y en a des petits et des grands, des maigres et des gros, des sains et des pas sains, des jeunes et des vieux; mais pour les gros qui clopent avec une jambe de bois et qui ont dépassé la quarantaine, ça sera très dur. 

Si tu fais partie de cette dernière catégorie, le VTT est-il un sport adapté à tes tares naturelles ?

Ce modeste, mais néanmoins hautement scientifique article va tenter de répondre à cette question.

Si tu suis ces modestes conseils, la réponse peut virer du "ça va pas non !" au "oui mais fait gaffe". 

Ready ? GO !

D'abord, si tu pèse plus que le sextuple du poids de ton VTT (sans les pédales), il vaut mieux commencer un petit régime. Sauf que le mot régime est bien un truc dont tu as entendu parler, mais que cela fait quelques dizaines d'années que tu as du mal à comprendre de quoi il s'agit. Plus raisonnablement, essaie d'abord de ne plus grossir, ça sera déjà ça de gagné.

Ensuite, si le nombre de microgrammes de nicotine et goudrons que tu fumes tous les jours est supérieur au débattement de ta fourche X 2 divisé par le nombre de tes pédales (tu rajoutes 0,5 si elles sont automatiques) il vaut mieux que tu penses à réduire ( et même anéantir) ta consommation de cigarettes (et ce, d'ailleurs, même si tu ne fais pas de VTT mais ça sera plus difficile pour le calcul).

Si ton age est lui supérieur au carré du nombre de tes pignons divisé par le nombre de tes plateaux, il serait bon de rajeunir un peu, mais c'est pas possible, donc oublions.

Si tu as une jambe de bois dont la masse musculaire est inférieure à celle de la jambe valide divisée par la section de ta douille de direction (en pouces bien entendu) ajoutée au poids de ton serrage de tige de selle, essaie de changer de variété de bois : si tu passes par exemple de l'ébène (c'est beau mais c'est lourd) au balza, tu gagneras beaucoup de grammes.

Pour finir, tu n'hésites pas à aller voir un cardiologue pour passer de temps en temps un electrocardiogramme et un test d'effort. Quand tu fais du vélo, tu n'essaie pas de suivre tous ceux qui t'enfument, et tu restes à TON rythme. Si c'est trop raide, tu montes  à pieds. Si tu es au bord de l'asphyxie et que tu craches ta race : STOP ! une petite pause s'impose (et je remets 100 francs dans le nourrain). Il faut aussi bien boire avant, pendant et après l'effort  (tu pisseras plus clair si tu n'as pas, avant, sué comme un boeuf devant une vache aguicheuse) . 

Enfin pour ta tenue, c'est au choix :

1) tu assume ta différence et tu veux ressembler à ton voisin de souffrance : si tu trouves ta taille, boudines toi dans un maillot près du corps et moule le pneu qui te serre de bas-ventre et tes burnes dans un cuissard vert fluo du meilleur effet.

2) c'est pas que t'assumes pas, mais tu as quand même le sens du ridicule : maillot ample et short avec peau de chamois interne dans des couleurs sobres.

3) tu n'assumes pas du tout :  tu renfiles  ton survet du dimanche et tu vas jouer à la pétanque.

Tout n'est pas perdu, et comme dirait F.Roosevelt : "l'avenir appartient à ceux qui font les choses, et non à ceux qui discutent de quelle manière elles n'auraient pas du être faites".

Sur ce, bonne nuit. 

Repost 0
7 mai 2006 7 07 /05 /mai /2006 18:29

Quand on s'autoproclame "the biggest rando in the west of France" faut assurer et pas qu'un peu.

La Rand'Omelette, il faut l'avoir faite un jour dans sa vie de Ouestien. C'est vrai que c'est du gros et du sérieux : dès l'arrivée sur site, les placeurs, dans leur beau gilet jaune fluo vous dirigent avec une autorité que l'on n'oserait pas discuter. Ensuite, pour les inscriptions, on sent que l'afflut de foule n'affole personne, c'est huilé... Pour finir, l'ambiance est vraiment très bon enfant, on ne se la joue pas dans le sud 44.

Au choix, 20, 38 et 51 km. Nous sentant les mollets des grands jours, mon pote Ludo et votre serviteur n'hésitent pas longtemps : 51, oui m'sieur !

Attaquons maintenant les choses sérieuses : le parcours. Jusqu'au premier ravito, qui arrive rapidos au bout de 13 bornes, pas grand chose à se mettre sous le pneu : un tout petit peu de vigne, des grands chemins tout droits, en gros c'est bon pour chauffer le diesel.

Après le ravito par contre, et pendant une bonne trentaine de km, on tourne autour de la Sèvre et là, c'est du tout bon. Beaucoup de chemins sympas et des  paysages à couper le souffle. Que tous ceux qui crèchent au bord de la rivière soient bien conscients de leur privilège... Les mollets eux, sont un peu moins privilégiés, parce que la Sèvre, elle est bien encaissée. Donc, quand cela ne descend pas, ça monte. On ne met jamais le pied à terre, mais cela reste  consistant. Pour l'anecdote, les 2 seuls endroits  où l'on doit un peu marcher  sont dans l'ordre : une descente  très raide avec blocs rocheux près à accueillir votre casque et à le désintégrer, et un passage rocheux lui aussi, à grimper avec le "bike on the shoulder". D'ailleurs, messieurs les organisateurs, pour la prochaine fois, il serait bon de "panneauter" le parcours avant les endroits chauds : descente dangereuse, traversée de route etc...certains passages étaient limites d'un point de vue sécurité.

Les 10 dernières bornes du retour nous révèlent une dernière surprise : on croyait finir presque tout propre, et bien non !  Le fameux bourbier du mois de mai nous a pourri le short, histoire de ne pas nous confondre avec les guidons tordus.

Pour finir, avec la modique somme de 4€ d'inscription, on a même  droit à l'omelette de l'amitié. (je vous rappelle qu'on est à la Rand'Omelette). Vu qu'on était un peu pressés de raconter nos exploits à nos proches (qui ne comprennent toujours pas le plaisir qu'il y a à en chier pendant 3 heures pour revenir scié de fatigue et crotteux comme une vache dans un champ après 4 semaines de pluie) on a squizzé l'oeuf brouillé. Mais une chose est sûre, même s'il faut l'avoir fait au moins une fois dans sa vie, la Randomelette, on peut aussi y revenir.

 ET COMME C'EST BEAU, Y A DES PHOTOS >>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>

Les crampons :  

Coup d'oeil : 5

Mollets : 3

Cerveau : 2

Coup de coeur : 4

Repost 0
Published by znort - dans Rando Report
commenter cet article
1 mai 2006 1 01 /05 /mai /2006 18:02

Dompierre 2005 : le top

Dompierre 2006 : le flop

Je me suis levé guilleret ce matin, j'allais retourner sur une des plus belles randos 2005 à Dompierre sur Yon : un parcours vallonné, sinueux, des singles tracks sympathiques bref, une bonne matinée en perspective. OK, le temps est maussade mais tant pis, le 1er mai, c'est aujourd'hui.

Sur les lieux de l'inscription, je vais voir la carte des parcours : tiens ! cette année, on descend sur La Roche puis on remonte pour les 45 km. Les chemins de l'an dernier sont réservés aux 65 km.  Pas grave, me dis-je, cela va être bon dans ce coin là aussi.

Erreur... sur 45 bornes, on a du bien faire au moins 7,43 km de vrai VTT. Pour le reste, j'avais l'impression que le parcours prenait un malin plaisir à éviter tout ce qui ressemblait de près ou de loin à un sentier digne de ce nom. On a eu droit à du bitume (pas mal), des autoroutes en terre battue (beaucoup), quelques bourbiers, un passage "trial" qu'on aura vite oublié la semaine prochaine, un passage à gué pas gai, un ruisseau caillouteux , 500 m en bord de lac, l'arrière de la zone indus de Mouilleron... bref, l'ennui.

Je sais bien que les organisateurs veulent éviter de faire passer les VTTistes tous les ans par les même chemins. Mais bon, quand on change le carosse en citrouille, c'est pas le moment du film où Cendrillon s'éclate le plus.

Quand la nouveauté (mais en était-ce une ?) apporte quelque chose, je vote OUI. Quand elle est à c..., je vote...blanc.

Si j'avé su, j'oré pô venu. Jé même pô pri des fotos, c'est du boudage.

Les crampons :

Coup d'oeil, mollets, cerveau, coup de coeur : 1 (comme ça, ça va plus vite)

 

PS : pour ceux qui l'ont fait, qu'en avez vous pensé ?

Repost 0
Published by znort - dans Rando Report
commenter cet article
30 avril 2006 7 30 /04 /avril /2006 11:56

Chose promise, chose due, voici le deuxième top spot du nord-ouest Vendée : la vallée de la Vie

La Vie est une rivière qui prend sa source un peu en dessous de Belleville sur Vie et qui se termine dans l'océan à St Gilles Croix de Vie. La partie qui va nous intéresser se situe entre le Poiré sur Vie et le lac d'Apremont.

Les 2 principaux points de départ sont au Poiré et à la Chapelle Palluau (éventuellement Aizenay) et une fois équipé, vous n'avez plus qu'à suivre les sentiers très bien balisés. Un document est à disposition à l'office du tourisme ou à la mairie du Poiré et ressemble à ça : http://www.ville-lepoiresurvie.fr/modules/fr/site/251_les_randonnees.php .

A vue de crampon, je pense qu'il doit y avoir une bonne cinquantaine de kilomètres de chemins sur site, avec une grande partie de single-tracks.

Hormis les parties le long de la rivière (ça vaut le coup d'oeil) les sentiers sont très vallonnés, les montées (ou descentes, ça dépend du sens !) sont en général assez courtes et assez raides. Faut donc travailler le fractionné pour voler de raidar en raidar ! Pour 1 ou 2, si il y en a qui disent les passer en vélo, sachez que j'exige des preuves !

Ensuite, si vous voulez faire tourner les guiboles sans trop vous fatiguer, vous prenez le GR du pays de l'Yon jusqu'à la forêt d'Aizenay. C'est un joli bois plein de chemins sympathiques, et ...tout plats !

 Pour finir, c'est un endroit où passent très souvent les randos organisées sur le Poiré, Aizenay et La Chapelle, et ça, c'est pour bientôt !

Les crampons :

Coup d'oeil : 4

Mollets : 3

Cerveau : 2

Coup de coeur : 4

Repost 0
Published by znort - dans Top spot
commenter cet article
23 avril 2006 7 23 /04 /avril /2006 19:02

Et un grand merci à Photoshop...
Repost 0
23 avril 2006 7 23 /04 /avril /2006 14:23

St Gervais, c'est le marais.

Ca y est ! Enfin du soleil pour rouler. Ok, on est en Vendée, près de l'océan et ses entrées maritimes, mais bon, cela fait du bien à tout le monde, aux pédaleurs, aux vélos, et même à l'appareil photo.

On savait bien que point de vue grimpette, à moins de l'éruption d'un volcan souterrain la veille de la rando, cela allait être léger. Et bien non, d'éruption il n'y eut pas (serions nous là pour en parler d'ailleurs) le marais est toujours aussi beau, mais toujours aussi plat.

Sur un parcours donc très roulant, nous avons alterné bitume, grands chemins secs, quelques singles tracks un peu humides et foulés 364 jours par ans par une foule de bestiaux pas divers et pas variés : les vaches. Pour tout vous dire, l'effet bovin sur un chemin peut vous faire regretter de ne pas rouler en tout suspendu. Parce que l'empreinte de de sabot séchée, ça secoue dur ! Mais puisque c'est en plein milieu de nulle part, entre 2 canaux, ça reste sympa si cela ne dure pas une demi-heure !

Les courageux du raid des 80 bornes ont du le ressentir plus que nous autres qui avons préféré des distances moins longues. Il étaient très peu cette année, dommage, peut-être l'abondance de randos en Vendée aujourd'hui ?

L'année dernière, c'était franchement plus humide, mais j'avais trouvé le parcours plus sympa (dans les marais également mais en direction de Beauvoir et  vers le passage du Gois).

Enfin, bravo aux organisateurs qui se creusent le citron pour trouver des chemins roulables et intéressants, c'est pas évident dans le coin.

Les crampons :

Coup d'oeil : 5

Mollets : 1

Cerveau : 1

Coup de coeur : 2

 

Repost 0
Published by znort - dans Rando Report
commenter cet article