Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
17 avril 2006 1 17 /04 /avril /2006 19:30

Lundi de Pâques : lundi patraque...

Sans vouloir être déplaisant avec météo France, il me semblait avoir entendu ou vu qu'un grand et beau soleil devait nous attendre de bon matin. Il était là, c'est sur ! mais juste au dessus d'une bonne couche brouillasseuse, bien humide, des fois qu'on aurait réussi à éviter les bourbiers étalés ça et là sur les parcours au choix : 25, 45 et 65 bornes.

Ayant pris le 45, après une inscription rapide (il n'y avait rien à remplir pour une fois), un petit café réconfortant, je suis parti de bonne humeur, le coeur léger, le vélo léger (seulement le vélo) ralant juste un petit peu en me demandant quand est-ce-que j'allais pouvoir faire de belles photos avec une lumière digne de ce nom. J'ai eu le temps de raler d'ailleurs, parce que les 20 premières bornes étaient...mornes. A part quelques single-tracks un peu mous et des bourbiers traitres, pas grand chose à se mettre sous le crampon. Par  contre, après : le bonheur ! Terrain connu : le lac du Jaunay et ses alentours. Monotraces à gogo, raidars très raides, descentes qui ne le sont pas moins, site toujours magnifique et bien casse-papattes.

En résumé, une impression mitigée, (je déteste me prendre un rateau la tête première dans la boue et la caillasse) mais une ambiance très sympa entre les bikers qui en bavaient presque tous autant les uns que les autres. A part 2 ou 3 OVNI, on a beaucoup marché pour tenter de gravir les quelques Everest locaux.

Pour l'année prochaine, il serait fort sympathique de retrouver le parcours de 2005, bien plus équilibré et interessant à mon humble avis.

Les crampons :

Coup d'oeil : 3

Mollets : 0 au début, 4 à la fin

Cerveau : 3

Coup de coeur : 3

Repost 0
Published by znort - dans Rando Report
commenter cet article
17 avril 2006 1 17 /04 /avril /2006 14:12

Le jour où tous les connards du monde se donneront la main, voici à quoi nos paysages pourraient ressembler ...

Le pire, c'est qu'en plus ils ont le droit de vote...

Repost 0
13 avril 2006 4 13 /04 /avril /2006 22:05

May I have your attention please !

Pour le deuxième spot de la série, je ne vais pas faire dans la finesse et la légèreté parce que Mervent - Vouvant c'est du lourd !

Loin de connaître encore tous les recoins de la pratique du VTT en Vendée, je peux quand même affirmer (et je n'ai pas peur des mots !) que celui qui n'a pas fait un petit tour par là-bas aura du mal à atteindre le nirvana VTTistique vendéen.

Bon, c'est où la forêt de Mervent ?

Et bien, ce n'est pas loin de Fontenay le Comte, dans le sud du département. En fait, c'est juste  à quelques petits kilomètres au nord-est de la ville.

Mervent et Vouvant sont 2 petits villages, la forêt s'étale sur 5000 hectares autour d'un lac quelque peu artificiel. Vouvant est le plus joli des 2, (classé dans les + beaux villages de France) et si vous êtes un VTTiste amoureux des arts, vous ferez coup-double car de nombreux peintres y ont leur atelier et exposent en été. Le port du cuissard pourri et des chaussures avec cales sont toutefois déconseillés pour visiter les ateliers, et je vous conseille également de retirer votre casque gluant en entrant. Le Picasso vendéen est très à cheval sur le respect de son Art...

Mais à Vouvant,  ce qui vous interessera le plus, c'est le centre VTT FFC de la Girouette. En Vendée, c'est le seul,il faut donc en profiter. Si vous voulez en savoir plus, allez sur http://www.tourisme-sudvendee.com/vtt.pdf

A part ça, me direz vous, pourquoi venir faire du VTT dans ce lieu reculé ?

1. Parce que c'est beau

2 . Parce qu'il y a 17 circuits balisés (6 verts, 4 bleus, 6 rouges et 1 noir) pour un total de 358 km...

Un petit coup d'oeil ? Y a qu'à demander : http://www.cc-pays-fontenay-le-comte.fr/tourisme/carte.htm

3 . Parce que le relief y est très accidenté

J'y ai fait une bonne journée l'été dernier avec mon pote Ludo, et on s'est régalé.

Le bon plan, c'est de se garer au cente VTT FFC, acheter (pas cher) la carte des sentiers balisés, de discuter avec le permanent sympa qui va vous conseiller sur les circuits à faire suivant votre niveau, et ...roule ma poule !

Allez-y ! Si vous êtes déçus, faites le moi savoir en commentaire, je m'engagerai alors à faire le Roc d'Azur marathon seul sur un tandem en acier forgé, les pneus dégonflés après avoir mangé un cassoulet en boite pour 6 personnes arrosé de 2 litres de mauvais rosé (vendéen, bien entendu le rosé, pas le cassoulet...).

Les crampons :

Coup d'oeil : 4

Mollets : 4

Cerveau : 3

Plaisir : 4

Repost 0
Published by znort - dans Top spot
commenter cet article
11 avril 2006 2 11 /04 /avril /2006 00:54

Nouveauté dans rando-vtt-vendee : la rubrique top spot.

Aujourd'hui, les beaux jours arrivant doucement mais surement, il y a 2 ou 3 endroit dans mon coin du nord-ouest du département qui valent le coup d'être connus et reconnus : le premier, c'est le lac du Jaunay.

Pour tout vous dire, je ne sais pas à quelle commune il appartient : il est entre Coex, La Chaize Giraud, La Chapelle Hermier et Saint Julien des Landes. de toute façon, dès que vous arrivez dans le coin, il y a des panneaux partout  sur les routes pour vous y amener. Mais vous aurez beau vous en approcher, vous ne verrez rien arriver au loin. Car le plan d'eau est très encaissé, et qui dit encaissé dit belles grimpettes et descentes en perspective... Bon OK, on est en Vendée, pas dans les Alpes, mais quand vous aurez fait le tour de tous les chemins qui gravitent autour, vous vous serez fait une bonne grosse demi-journée de VTT.

Pour commencer, le site est magnifique.

Ensuite, si vous cherchez du single track, il y a de quoi faire. Perso, j'arrive toujours par Coex et gare ma voiture au dessus de la creperie. Ensuite c'est au choix : les chemins partent de tous les cotés (il y a pas mal de plans du site à divers endroits autour du lac). La partie nord-ouest (entre la creperie et le barrage) est la plus ardue; ambiance montagnes russes avec passages bien techniques, voir quelques petits portages. Pour le reste, vous pouvez tout faire sur le vélo. Le tour du lac complet fait dans les 20 bornes, mais de part et d'autre, les sentiers partent dans tous les sens. En tout, il doit bien y avoir dans les 35 à 40 km si on veut jouer aux explorateurs.

C'est vraiment un coin sympa pour rouler, même si il faut de temps en temps, faire le tour des tentes des pêcheurs de carpe (baillement) qui n'hésitent pas à poser leur habitation de fortune en plein milieu des chemins en bord de lac. Mais bon, entre (grands) sportifs, le respect mutuel s'impose, et tant qu'il y a de la place pour passer, il y a de l'espoir. Et surtout, qui dit pêcheur l'été, dit souvent chasseur l'hiver et dit donc fusil toute l'année, donc méfiance (mais là, je m'égare...).

Cet endroit privilégié est, à mon avis, le meilleur site pour rouler dans le nord-ouest Vendée avec la vallée de la Vie dont je vous parlerai prochainement. Pour le lundi de Pâques, la rando de Coex y passera très certainement : c'est donc une bonne occasion de le découvrir si vous ne le connaissez pas encore.

Les crampons :

Coup d'oeil : 4

Mollets : 3

Cerveau : 3

Coup de coeur : 4

Repost 0
Published by znort - dans Top spot
commenter cet article
6 avril 2006 4 06 /04 /avril /2006 16:17

Un VTT, c’est comme les chaînes HI-FI du temps d’avant. Rappelez vous, ce beau matériel que l’on achetait élément par élément, amoureusement, le genre de chose qui représente aujourd’hui 0,05% du marché du son. Bon, on n’est pas là pour refaire le monde de l’audio pas visuel, mais pour la symbolique : la qualité d’une chaîne HI-FI, c’est la qualité du plus pourri de ses éléments. Vous pouvez avoir un ampli de feu, un lecteur de CD parfait, si vous avez des enceintes de m…, c’est la qualité de son des enceintes que vous entendrez, pas celle du reste.

   

Pour le VTT, c’est pareil ! Vous pouvez avoir un cadre en titane/carbone X light truc-muche, une transmission full XTR, un pédalier rigide et léger etc …si vous avez des roues de char d’assaut avec des chenilles en acier à la place des pneus, votre spad va rouler comme…un tank.

   

Donc, le maître mot quand vous voulez achetez votre vélo c’est : homogénéité.

 

Si vous n’avez malheureusement pas les moyens d’investir d’un coup dans le vélo de vos rêves, n’essayez pas  d’up-grader votre vieux (ou neuf c’est pareil)  Micmo en acier.

Mettez vos sous de coté au lieu de vouloir gagner 30 grammes sur la tige de selle en investissant 90€ dans une Thomson  coudée flambant neuve. Si votre tige de selle casse, remplacer là sans casser (cette fois ci) votre tirelire, vous ne sentirez pas la différence.

 

Attendez d’avoir le pécule suffisant pour vous offrir le bon vélo, qui vous va bien (à vous et à votre pratique), les grandes marques sont suffisamment sérieuses pour proposer des VTT homogènes.

Vous avez les sous ? Magnifique, où allez vous l'acheter votre destrier qui occupe 99% de votre cerveau depuis ces longs mois ?

 

Si vous achetez une marque reconnue, française ou étrangère, les prix sont les même partout.

Maintenant, si vous n’êtes pas accro au millésime de l’année, il y a toujours de très bons coups à faire à partir de septembre chez les vélocistes de votre quartier. Il n’est pas rare de rencontrer du –30%, -40% pour dégager le stock avant d’accueillir les nouveautés.

 

Donc, de préférence, allez chez un « petit » spécialiste qui aime son métier, évitez les grandes surfaces où les mauvaises surprises sont plus que possibles. (vous avez une chance sur 2 de tomber sur un vendeur qui est monté sur un vélo pour la dernière fois le jour de ses 10 ans).

Le-dit spécialiste vous arrangera toujours le coup, le jour où vous aurez des petits (ou des gros) soucis.

 

Mais faites attention,  il y a spécialiste et spécialiste.

Evitez l'abruti qui ne vous adressera plus la parole en vous regardant de haut, une fois que vous lui aurait demandé la différence entre 2 vélos à 600€ alors qu’il a des bikes à 3000€  et + au fond du magasin.

Mais là, on ne parle plus de passion pour les 2 roues, on parle de commerce. Certains magasins du coté du Poiré sur Vie devraient s’en souvenir.  Voilà, ça, c’est fait.

 

Pour ne pas finir sur une mauvaise note, je vous souhaite à vous tous, de pouvoir vous l’offrir, le vélo de vos rêves. Je suis quasiment certain que pas un ne l’a encore dans son garage. Que vous ayez des spads à 200, 500, 1000, 2000, 3000€ ou plus, vous voudrez  fatalement un jour ou l’autre, en changer parce que … c’est comme ça ! vous aimez le beau matos !

C’est quand mieux que de se shooter dans vos WC avant de siffler votre litre de gin en fumant votre cartouche de clopes devant la télé le soir  en écoutant de la musique de mal-peignés. Blurp…

 
Repost 0
2 avril 2006 7 02 /04 /avril /2006 15:51

Brouette : nom commun féminin => petit véhicule pour le transport des matériaux, pourvu d'une roue, de deux brancards et mû à bras d'homme. (définition du Larousse)

VTT : nom composé masculin : petit véhicule boueux pour le transport d'individus boueux, pourvu de deux roues boueuses, d'un cadre boueux et d'autres accessoires ramassant la boue, et mû à jambes d'hommes qui rêvent de soleil et de sable chaud au bout de 40 bornes.

Donc, comme dirait Laurent Ruquier (roulement de tambour, y a du jeu de mot dans l'air) : on ne sait pas si on en a eu pour notre argent, mais il est certain qu'on a payé en liquide !!!

Vous l'avez compris, l'édition 2006 de la rando de la brouette de Saligny a pleinement profité des généreuses et abondantes précipitations de la semaine. Précipitations qui ont eu le bon goût de s'arrêter juste au matin, avant qu'on enfourche nos beaux destriers bien propres.

Pour tout vous dire, la noble présence de terre particulièrement humide nous a bien amusé, et a même donné un relief particulier à un parcours qui en manquait beaucoup. Les longues portions de bitume nous auraient franchement rasé en été, mais ce dimanche, elles étaient plutôt bienvenue pour souffler et pour secouer le vélo afin de l'alléger d'au minimum 5kg après chaque passage délicat.

Perso, je n'ai jamais autant baigné dans mon jus, mon vélo également. Certains passages étaient de véritables lacs ou ruisseaux de boue, bref, si on l'avait fait à poil, cela nous aurait  économisé une cure thermale pour soigner notre belle peau de bébé. La gente féminine ne sait pas ce qu'elle rate, déjà que, Mesdames, on ne vous voie pas souvent avec nous, ici, c'était carrement le néant. Heureusement que nos  charmantes et  sympathiques hôtesses à l'inscription et au café du matin étaient là pour nous remonter le moral une fois la rando passée.

En résumé, Saligny nous a bien pourri le cuissard mais on s'est bien marré parce qu'en plus, on aime ça !

PS: j'ai fait un effort pour les photos, y en a plein !!!

Les crampons :

Coup d'oeil : 2

Mollets : 2

Cerveau : 2

Plaisir : 3

Repost 0
Published by znort - dans Rando Report
commenter cet article
13 mars 2006 1 13 /03 /mars /2006 07:41

Un vieux proverbe breton datant du 3ème siècle avant Allan Stivell et Tri Yann disait : "Cormoran qui se gratte le gland : y va faire mauvais temps; cormoran qui se gratte le cul : y fera pas beau non plus".

Ce dimanche 12 mars, on n'a pas vu beaucoup de cormorans, mais ça devait certainement les gratter entre les 2... En bref, la météo était mitigée.

Mais franchement, ce n'était pas grave, car je vous le dit tout de suite amis bretons, les randos chez vous : ça décoiffe ! Nous-autres pauvres vendéens, on n'est pas habitués à vos chemins qui tournent dans tous les sens. Pour les grimpettes qui cassent les pattes, on a de quoi faire, mais chez nous, on peut se reposer dans les descentes... Parce qu'en Vendée, les descentes elle descendent en une fois ! Il n'y a pas ces petits coup de "et va-s-y que je remonte sans avoir eu le temps de remonter les pignons" après un joli virage bien serré en angle droit.  En Vendée, la descente est au moins aussi longue que la montée. Et vos arbres, franchement ! Une racine, normalement ça pousse SOUS la terre et pas à la surface et en dévers, entre quelques caillasses et rochers bien placés. Tout cela pour vous dire qu'il y a de quoi faire pour travailler trajectoires et équilibre sur vos sentiers et même si ce n'est pas reposant, on est venu là pour se la donner et on est servi. 

Pour résumer, c'est  physique (enfin pour mes potes et moi même), c'est technique, c'est beau et en plus, c'est plus que bien fléché. Car, en Bretagne, au moindre changement de direction, vous avez : la fèche en bois, la flèche au sol et même la ligne continue à ne pas franchir dans la mauvaise direction. Donc, même si tu est mal-voyant, embué du cervelet, asphyxié par l'effort ou aveuglé par la gloire qui est sensé t'attendre aux prochains championnat de ton quartier, TU NE PEUX PAS TE PERDRE !

Les morbihannais, pour les pauvres âmes qui en doutaient, sont en plus accueillants, organisés, sympathiques et joyeux.

Saint Perreux rend le VTTiste heureux , allez voir les photos, les mines sont réjouies (surtout en début de rando...)

Les crampons :

Coup d'oeil : 4

Mollets : 5

Cerveau : 5

Plaisir : 5

Repost 0
Published by znort - dans Rando Report
commenter cet article
28 février 2006 2 28 /02 /février /2006 11:15

Il y en a qui pourront dire : j'y étais ! Et oui, attaquer une rando à 8h du mat par un joli -2°c au thermomètre de la voiture, cela demande non seulement une certaine dose de courage (n'ayons pas peur des mots) , mais aussi (comme dirait ma douce et tendre) une petite greffe de neurones  supplémentaires. Oui c'est vrai, il ne faisait pas chaud chaud, mais bon, une fois passée la traditionnelle grimpette inaugurale, le froid est vite oublié. Sauf peut-être pour nos 2 héros du jour (y en avait-il plus ?) qui n'ont pas hésité à rouler en short, et là, je dis bravo. Mon épouse elle ne dirait sûrement pas la même chose, mais là, je m'égare.

Bon, comme l'année dernière, nous sommes à Chauché, haut lieu du 2 roues en Vendée (avec ou sans moteur). Et qu'est-ce qui nous fait revenir à Chauché me direz vous ? La mogette ? La bonne ambiance ? Le fléchage nickel ? L'accueil sympa ? Les parcours superbes ?

Et bien, c'est un peu de tout ça en fait. RAS sur l'organisation, ça roule, c'est du solide et du sympathique. Pour la mogette, on aime ou on n’aime pas, je préfère conseiller aux non connaisseurs qu'il vaut mieux la manger APRES la rando qu'avant (sauf si on a une selle waterproof bien entendu !)

Les 6 parcours (de 28 à 57 bornes) sont très bien panneautés et, pour une fois, je n'ai pas fait mon rituel "chemin où je me retrouve tout seul comme un couillon". Mais je vous garde le meilleur pour la fin : les parcours. J'y suis allé molo en faisant le 34km, ce qui était bien suffisant vu ma grande condition physique. Bon, c'est vrai que les 3 premières bornes, où l'on fait le petit tour par en bas pour revenir dans le village, ne sont pas terribles, mais elles permettent de se mettre en jambes. Par contre, après, c'est le bonheur : ça monte, ça descend, singles tracks à gogo, des passages bien techniques, et hop ! je longe une charmante rivière, et hop! je traverse ce satané terrain de moto-cross, et hop! je suis en pleine forêt, et, cerise sur le gâteau, 2 magnifiques passages à gué pour se rincer : les mirettes, les chaussures, les pneus et … la selle si on a mangé les mogettes à 7h du mat. Pour tout vous dire, jusqu'au premier ravito, j'ai passé plus de temps à prendre des photos qu'à rouler tellement les points de vue se multipliaient.

La bonne surprise de la journée : pas trop de boue, terrain gras certes, mais bien plus roulant que l'an dernier.

L'édition 2006 de la rando de la mogette a été réussie, qu'on se le dise ! 

 PS : pour les photos, il y en aura bien plus en fin de semaine : il faudra revenir !!!

Les crampons :

Coup d'oeil : 3

Mollets : 3

Cerveau : 3

Plaisir : 3

Repost 0
Published by znort - dans Rando Report
commenter cet article
20 février 2006 1 20 /02 /février /2006 19:10

Dimanche 19 février 2006. Arrivée à Pouzauges 8H10 et je suis loin d’être le premier !!! Pas de soucis, les placeurs sont souriants et efficaces, on est en ville, c’est pas évident mais pour une fois, on est pas dans un champ et ce n’est pas plus mal car aujourd’hui, c’est soin de peau pour tout le monde !

Après une inscription rapide et conviviale, direction le départ des VTT (au choix 25, 35, 45 km et même un raid de plus de 70 bornes mais, trop tard, il fallait être là plus tôt !) avec une petite grimpette bitumée avant d’attaquer un petit single boueux. Et, même si le temps semble être avec nous ce matin, il va falloir travailler l’équilibre et commander les bonnes cuisses pendant la rando car notre amie la boue ne va pas nous quitter. Pour tout vous avouer, j’étais parti pour le 45 et j’ai très vite (et lâchement) bifurqué sur le 35. Je ne l’ai pas regretté. Parcours sympa, raisonnablement vallonné, de bons raidars, une descente très chaude juste avant un petit pont sur ruisseau débordant, quelques portions de bitume bienvenues pour se refaire la cerise…du VTT sympa quoi !

Coté ravitos : à Pouzauges, on fait dans l’efficace avant de faire dans l’original. Une bonne note pour le café chaud, c’était pas du luxe. Mention spéciale pour l’arrivée, où, à ma grande surprise, un vrai repas nous attendait (non, non, pas le sandwich de base…) le tout dans une chaude ambiance avec musique live !!!

En résumé, la seule question à se poser est : reviendrai-je ici l’année prochaine ?

La réponse est oui, sans hésiter. Je ferai même un petit effort pour faire quelques bornes de plus, car , pour ma première visite dans ce haut lieu du VTT vendéen, je suis certain qu’il y a de quoi se gaver en chemins divers et variés. Et qu’est-ce qu’on demande de plus franchement ?

Allez voir l’album photos, j’ai des preuves !

Les crampons :

Coup d'oeil : 3

Mollets : 3

Cerveau : 3 (la boue)

Coup de coeur : 3

Repost 0
Published by znort - dans Rando Report
commenter cet article
11 février 2006 6 11 /02 /février /2006 00:08

        tu vas peut-être aimer le sable !

Et oui, fait pas chaud, c'est l'hiver et en plus on est en Vendée : donc il pleut.

La boue c'est bon pour la peau !  Mais bon, pour ceux qui n'ont pas de problème de peau, outre la joie non dissimulée de rentrer chez soi crotté de haut en bas, on peut rouler en hiver sans forcement se pourrir le cuissard à chaque sortie. Où aller sans pour cela user ses beaux pneus sur le bitume ?

Et bien il faut foncer sur la cote, parce que, sur la cote, le conseil général a eu l'excellente idée de faire des pistes cyclables en terre battue un peu sableuse. Les pistes cyclables se développent sur tout le département, et concernant la cote, vont de Noirmoutier à l'Aiguillon sur mer. Bref, toute la Vendée du nord au sud. Allez faire un tour sur : http://pistes-cyclables.vendee.fr/

Mais tout n'est pas interessant.

Les portions les plus sympas se trouvent entre le pont de Noirmoutier et Saint Jean de Monts, entre Saint Gilles et Bretignolles, puis entre Brem et les Sables.

C'est très roulant  et  c'est rarement tout plat (sauf quand on traverse les marais). Quand je dis que ce n'est pas plat, entendons nous bien : on ne parle pas de dénivelé et d'altitude, on est en Vendée,  sur le bord de mer, pas en Savoie... Concernant le pourrissage du cuissard, faites quand même attention car si c'est VRAIMENT très mouillé, vous remplacez la boue par de la bouillie de sable. On roule en forêt, dans les dunes, le long de l'océan, dans les marais bref, c'est magnifique. Le balisage frole la perfection, l'entretien est nickel et en hiver, il n'y a pas trop de monde.

Parce qu'en été... vaut mieux avoir fait beaucoup de slalom (en ski hein, pas en vélo) dans sa jeunesse pour sortir du guépier sans avoir atomisé un des 443 cyclo-touristes que l'on double en 100m. Non, en été, il faut laisser ces pistes aux estivants, ils le méritent et nous avons mieux à faire ailleurs.

Pour résumer, très bon en hiver pour faire des bornes, très bon en été pour se promener avec femme et enfants.

 

Les crampons :

Coup d'oeil : 5

Mollets : 1

Cerveau : 1

Coup de coeur : 3

Repost 0
Published by znort - dans Top spot
commenter cet article