Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
6 juin 2009 6 06 /06 /juin /2009 22:29


Ca y est, une semaine après avoir de nouveau vaincu la bête, Bats nous raconte l'histoire... histoire de nous faire baver un tout petit peu :

Je ne devais pas faire la Transvésubienne mais en fin de compte, j'ai profité de la gentillesse de M. Troussepinette ..  Trois semaines avant la date fatidique, je m'incruste donc dans la liste des participants.

Après une journée de route pour faire Montaigu - La Colmiane en compagnie de Kazimor, mon alter-ego vttesque, je me retrouve dans un joli petit appartement juste devant la ligne de départ en compagnie d'amis bretons (Ril, Mag21 et Chouchen).
Petite bouffe, on rigole, on fait des pronostics sur qui finira, qui ne finira pas LOL  Puis au lit.

Samedi matin, je croise André, un niçois rencontré une semaine plutôt lors d'un Trip Enduro signé Camino Bike. Rencontre imprévue et bien sympathique. Il vient juste faire un parcours dans le coin.
Puis en compagnie de Ril, Tib (modo sur le forum vélo vert et pigiste dans pour le même mag), nous descendons sur Nice pour déposer deux voitures. Le retour se fait à trois dans le Kangoo ... Respect Mister Tib, tu n'as pas vomi ;) 
Nous re-mangeons, et nous filons faire marquer nos vélos. Nous en profitons pour faire le tour du parking et mater des beaux vélos. nous re-re-mangeons, papotons, l'heure d'aller se coucher arrive. demain, c'est le grand jour :)

Un petit Cr de ma Transvé 2009 .... Déjà je l'ai fini , chose qui n'était pas gagné vu le peu de km effectués depuis octobre 2007 (700 km maxi).

Dès le départ, je me suis un peu planté en me mettant à gauche donc pas top pour passer rapidement la première chicane. Pas grave, j'aime pas les départ groupé, je prendrai donc mon temps.
La première montée se fait bien et je remonte pas mal de monde ... Et la poisse tombe sur moi : la chaine se casse (je ne forçais même pas, je ne changeais pas de vitesse, chaine XTR avec seulement un Trip enduro de Camino dans les dents).
Pas grave, j'ouvre le camel, sort une attache rapide et ... Re-poisse, je regarde les gens qui me demande si j'ai de quoi réparer et je lâche le bout de la chaine ... L'un des maillon s'envole dans l'herbe MDR
Je perds un temps fou à le chercher ... vainement. Je re-ouvre le camel pour prendre une deuxième attache rapide... Ouf me voilà de nouveau sur le spad.

De colère, je force comme un bœuf pour revenir sur mes amis qui m'ont dépassé. Je me suis brulé un peu (beaucoup) les ailes dans cette remontée.
Au premier ravito, j'ai rattrapé presque tous mes amis (sauf un) et j'entame ce qui restera pour moi comme l'une des meilleures descentes de la journée. Technique sans trop, des bonnes marches, un terrain bien défoncé... Le pied quoi.
Jusqu'au deuxième ravito, les jambes tournent bien mais je sais que n'ayant pas presque pas roulé de l'hiver les crampes guettent .... Et pas loupé , les crampes finissent pas arrivées et resteront avec moi jusqu'à la fin. Pause toutes les 20 minutes pour tirer les jambes, qui elles aussi ont décidé de m'abandonner.
Pas grave, reste le mental pour tenir. On me double de plus en plus... ;( kazimor revient sur moi. On décide de finir ensemble :) Je m'arrête aussi de plus en plus. Pas grave, la première comme la deuxième porte horaires sont passées. Il ne me reste plus qu'à filer sur Nice.
Enfin presque car il reste encore quelques difficultés à surmonter dont une descente façon marteau-piqueur après le Fort. Frais, je l'aurai bien enquiller mach 3 tout le long mais avec la fatigue, les crampes, je préfère diminuer le rythme .....
Erreur grossière, les aspérités du terrain me rappelle une fois à l'ordre... Le cul du vélo se soulève et j'espère une seule chose que la roue arrière se repose sans que je passe par dessus et expose mon joli casque sur les rochers coupants.
Ouf, la roue arrière redescend. Je rappuie un peu sur les pédales pour que cette partie se passe mieux. Et effectivement, elle passe mieux (à refaire lors d'une virée dans le sud mais en étant bien frais pour en profiter et vraiment envoyer).

La fin est digne d'une sale rando vendéenne, de multiples passages dans l'eau et roulage dans le lit d'une rivière, et pour finir du bitume (j'avoue que sur le moment, cela tombait plutôt bien).
J'ai terminé avec Kazimor dans un groupe de 5 personnes ....au sprint ..44x11 à la sortie du tunnel

Voilà, fini, je retrouve les amis, on papote un peu avec Tib en attendant l'arrivée de Mag (5éme féminine de l'épreuve Wink )

Une édition trop forte en couleur, même les pro l'ont trouvé éprouvante, dur, technique mais quel pied au final.
Une seule envie, y retourner l'année prochaine et obtenir mon troisième sticker consécutif. Une condition, que je ne me blesse pas pendant l'hiver (cette année) ou un mois avant la TV (l'année dernière). LOL

Encore merci m. Troussepinnette.


Et merci à toi Bats, pour nous faire partager la galère avec un G majuscule.

Vous voulez voir cela en images ? Il y a du choix, beaucoup de choix :

http://sophiaoutdoor.free.fr/2009/trans_1/
 

http://www.artreflex-photo.fr/galerie/category/317-transvesubienne-31-mai
 

http://picasaweb.google.fr/funkywiwi/Transvesubienne2009BrecDUtelle?authkey=Gv1sRgCJXztOv9hIaYiQE#
 

http://www.flickr.com/photos/geode_06/
 

http://picasaweb.google.fr/franco.fgpictures/Transvesubienne2009?feat=directlink#
 

http://picasaweb.google.fr/funkywiwi/Transvesubienne2009Arrivee02?authkey=Gv1sRgCM6tid_s3IO5zgE#
 

http://picasaweb.google.fr/Richard06210/Trans2009?authkey=Gv1sRgCPT8iqDMqNz3SQ&feat=directlink#
 


Mais le top du top, vous allez le trouver ici. Un conseil, quand vous voyez un rond vert dans l'image, cliquez dessus pour voir la suite, c'est renversant.

Le TShirt des braves, version verso.




Repost 0
31 mai 2009 7 31 /05 /mai /2009 09:14
A l'heure où je vous parle, Bats, Kaz et d'autres vendéens sont là :




Et ils poursuivent Julien Absalon himself !

Allez, rien que pour le plaisir

Repost 0
1 mai 2009 5 01 /05 /mai /2009 18:52




Je suis parvenu à mes fins. Après avoir tanné Bats 3 fois par jour pendant 2 semaines, il nous raconte son trip dans le sud, près de Carcassonne avec ses potes Ride Air et quelques autres...
Beau récit, belle photos : salivez bien !



"Suite à la demande incessante de notre bloggeur, voilà une petit CR d'une sortie organisée le 23 avril 2009 avec quelques Ride Air dans le coin de Carcassonne.
À l'initiative des Garcia brother's et du Boulet du forum des Ride Air, il a été décidé d'organiser une petite virée orientée enduro en partant du Pic de Nore : point culminant de la Montagne Noire, avec une altitude de 1 211 mètres. Le coin est connu des vttistes globe-trotter pour le Raid Cap Nore organisé par l'ATAC VTT (http://atacvtt.free.fr/page.htm
 
).

Après une soirée digne des Ride Air, l'ensemble de la troupe (13 riders et rideuses fous dont Jérôme du magasin Fun Passion Cycles ex-top ten mondial en DH) se retrouve en haut du Pic De Nore. Le vent y souffle fort, la température est basse malgré un ciel dégagé, tellement dégagé que nous voyons les sommets enneigés des Pyrénées :-)

Après la séance habillage en basse température, la troupe s'élance enfin à l'assaut de la première descente de la journée, pour cela, nous traversons une large prairie herbeuse entrecoupée de rus apparus suite aux fortes pluies des jours précédents.
Par chance, seule cette partie sera humide, le reste du parcours sera sec, poussiéreux ;). nous rentrons ensemble en sous-bois sur un joli single vallonné et parsemé de lit de feuilles mortes. Le single est ludique bien qu'en devers et jonglant avec un petit ruisseau.

Nous arrivons à un petit pont qui est le point de départ de la première cote de la journée : rien de bien méchant, il s'agit d'un large chemin qui monte régulièrement sur quelques km. Après une pause mécanique (un rayon mavic sortie du moyeu), nous nous engageons dans un single tournicotant entre les arbres. Nous nous arrêtons rapidement pour admirer la vue sur un aplomb rocheux 

Après ce intermède bucolique, nous entamons la deuxième descente de la journée. Celle-ci, selon nos guides locaux, est plus technique que la première. Il s'agit d'une descente où il faut slalomer entre des gros blocs de granit couvert de mousse. Pas vraiment de trace mais plutôt une multitude de possibilités en fonction de l'envie du rider et de sa dextérité à maitriser son spad. C'est amusant surtout que l'endroit est magnifique. Il ne manque plus qu'une fée, un lutin.... pour se croire dans un conte celte.
Après la traversé d'un petit ruisseau, nous rencontrons l'un des traceur d'ATAC VTT qui venait de nettoyer/créer une nouvelle trace plus loin. Après cette rencontre avec l'un des principaux activistes locaux, nous enchainons  sur une nouvelle montée. Celle-ci sera corsée, longue. Vivement le sommet.
Et quel sommet ! La vue y est une fois de plus unique: d'un coté les sommets pyrénéens nous font un clin d'œil et de l'autre nous voyons l'ensemble de la vallée vers laquelle nous allons nous diriger.
Jérôme doit malheureusement nous quitter pour aller bosser, il nous reste donc deux guides pour finir cette excursion dans le pays cathare. Ils nous mettent en garde, les choses sérieuses commencent, fini la rigolade dans les descentes ;)

J'avoue qu'ils ont raison, la descente est pentue. Il s'agit d'une succession de murs à descendre le cul en arrière. Le pourcentage négatif est impressionnant (bien que cela ne se voit pas sur les photos). Il y a pas mal de refus d'obstacle ou /et de chute mais sans gravité car la descente n'est pas caillouteuse mais en humus constitué d'aiguille de pins. Cela glisse d'un rien.. Je m'amuse bien ;) . la pente devient un peu plus douce en abordant un passage où il faut aller chercher des appuis bien haut pour replonger en face et faire de même. Le single redevient caillouteux avec quelques petites marches à sauter dans l'élan. Nous nous amusons tellement bien que nous les repassons deux fois ;).
Le single se finit par un petit mach 3 qui descend sur le bord d'un large chemin. Large chemin que nous empruntons sur trois mètres pour replonger dans le négatif. Mais ici, fin l'humus. Il s'agit d'une descente sur dalles rocheuses, marches, cailloux instables, nous prenons tous de la vitesse. Les marches se succèdent à une bonne vitesse. Nous sommes tous heureux d'avoir des protections car une chute ici ferait très mal. nous nous arrêtons tous au milieu de la descente pour évaluer la faisabilité d'un saut via un appel naturel ... 1m20 de haut, réception presque à plat.. ce n'est pas idéal surtout qu'il faut enchainer quatre mètres plus loin avec une succession de virage serrés et avec un nouveau mach 3 (toujours pas évident à
prendre en photo pour se rendre compte du vide)
Seul Satanas tentera le saut avec succès (enfin presque LOL).

Nous arrivons au milieu de notre périple, il est temps de gagner Citou par la route pour manger au pied d'une petite rivière.

Une fois rassasié, nous prenons la direction des sommets. C'est dur, très long, il fait chaud. Les organismes ne sont pas à 100%, le temps que nous digérions notre déjeuner. Heureusement que les paysages sont sublimes.
Une fois en sommet, nous empruntons l'une des spéciales du prochain endur'Aude. Cela sent bon le souffre !!

Les Garcia boy's allument comme des fous dans cette descente, cela va vite, le single est parsemé d'appels (facultatifs) naturels pour faire des sauts. Cette descente se fait en deux temps car un petite montée la coupe en deux. La deuxième partie est encore plus caillouteuse, nous traversons un pierrier pour y accéder. Cette partie est moins rapide car elle tournicote dans le buis et comporte quelques zones de pédalages pour monter quelques petits coup de cul. Pour envoyer, il faut être au top physiquement :( 
En bas de la descente, le groupe se divise en deux : les fatigués à droite (ils rentreront chercher les voiture), à gauche les autres qui sont encore valides pour une grosse ascension et demie et autant de descentes ;)

La montée se fera sur route, 5/6 km à gravir à un bon rythme pour atteindre l'une des plus belles descentes de la journée. Pas de photos de celle-ci vu que le groupe est réduit à 5 RA qui veulent en découdre. Nous filons donc sur une descente ultra rapide (heureusement que je n'avais pas de compteur, je pense que j'aurai eu peur) mais très physique car constituée uniquement de petites marches, de dalles rocheuses en vaguelettes, de cailloux fuyant. Cela secoue du début jusqu'à la fin...Les avant bras chauffent, le souffle devient plus saccadé tant l'effort est intense mais jouissif. ...Cette fin est loin car la descente est longue... nous arrivons à un petit cours d'eau qui marque la fin de cette descente et le début de
la prochaine petite ascension.... Nous avons tous un grand sourire de nigaud tant nous sommes heureux de cette descente.

La fin est beaucoup plus soft, une petite cote et une petite descente ludique sur de la terre ocre nous ramène vers la civilisation et à nos compagnons partis chercher les voitures."


Merci Bats, je languis le récit de la Transvé 09...








 


Repost 0
25 février 2009 3 25 /02 /février /2009 14:39
Nouvelle catégorie d'article sur ton blog vénéré : "Vendéens over ze world"

Tu es un pur "mogettes' boy" ou un vendéen d'adoption et tu vas rouler dans des endroits somptueux AILLEURS qu'en Vendée ?  (si, si, je vois que cela laisse certains perplexes, surtout des "mogettes' boys", mais oui, il faut le savoir, on peut rouler dans des endroits magnifiques au delà du marais et du bocage !)
Tu participes à une grande manifestation Vttistique et surtout, tu veux nous faire partager ta riche expérience ?
Et bien, c'est pas compliqué, j'ai juste besoin d'un peu de texte, de photos, de vidéos (de tout quoi) à l'adresse suivante : randovttvendee@yahoo.fr

Suite aux aventures de Bats sur la Transvésubienne 2008 et Alain au Roc d'Azur de la même année, on attaque cette année par un petit teaser :


Il y a des vendéens courageux, très courageux.
L'an dernier, Bats nous avait narré son épopée sur la Transvésubienne 2008.
Cette année, si son genou se remet, il y retournera ! Et même si cela ne le fait pas pour Bats, la Vendée sera dignement représentée avec le Dr Phil en personne, qui pour l'année de ses 20 ans (X2) va faire la course la plus dure du monde (à ce qu'il se dit). De plus, en 2009, le parcours revient aux sources et finira sur la promenade des anglais à Nice.

Un petit apperçu de ce que cela peut donner ?

Attention pour les ames sensibles, c'est un peu hard...

Repost 0