Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
11 octobre 2012 4 11 /10 /octobre /2012 11:12

Anthony, photographe de la rando du Tigre à Mouchamps fait aussi du VTT (mais oui !)

Cette année, il a fait la fameuse Gamelle Trophy en septembre pas trop loin de chez nous à Sillé le Guillaume dans la Sarthe.

Non content de faire de belles images qui bougent pas, il fait aussi des images qui bougent... mais oublie de mettre un casque parfois  :-(

Si vous n'aimez pas rouler en forêt, oubliez la Gamelle Trophy, ce n'est pas fait pour vous... mias moi, depuis le temps que j'ai envie d'y aller, ces images ne font que renforcer ce sentiment.

Cliquez sur l'image pour voir celles qui bougent.

gamelle trophy 2012.mp4

Repost 0
9 octobre 2012 2 09 /10 /octobre /2012 11:34

T 1000 est arrivé depuis quelques jours, à St Jean Pied de Port (avec un T !!!) .

Il nous raconte son aventure sur son blog, et pour lire son récit et voir de belles photos, cliquez sur celle qui est juste en dessous. 

Dans tous les cas, bravo Stéph pour l'avoir fait et pour nous l'avoir fait partager.

http://img.over-blog.com/500x375/1/14/16/05/Via-Podiensis-VTT/DSCN0820.JPG

Repost 0
8 octobre 2012 1 08 /10 /octobre /2012 11:10

Rappelez vous, l'an dernier, c'est Bats qui représentait la Vendée à l'édition 0 de ce nouveau raid pyrénéen: la Transbiking

Cette année, c'est toute une brochette de vendéens qui sont allés rouler, porter, descendre, monter, s'éclater pendant les 2 jours de ce weekend de folie.

Et Toto, plutôt qu'un long discours, nous emmene avec lui, et souvent derrière les fesses de Numéric !

 

 

Transbiking66 from totolito85 on Vimeo.

Repost 0
18 septembre 2012 2 18 /09 /septembre /2012 12:26

Stéphane, T1000 pour les intimes et webmaster de son blog Passion VTT Vendée a un projet fou qui  est en train de prendre forme.

Pour reprendre les termes de Stéphane: 

"Ce voyage aura lieu fin septembre début octobre sur 15 jours , le principe retenu est de suivre le GR 65 sur le chemin de Compostelle en partant du Puy en Velay jusqu'à Espinal en Espagne après Roncevaux.

Ce périple à ce jour se fera seul en autonomie avec tente et peut être avec la nourriture embarquée pour 15 jours."

Pour résumer, c'est 925 bornes et un petit 12 000 mètres de D+

 

C'est donc la Via Podensis des chemins de St Jacques de Compostelle que le T1000 va faire, et, comme cela n'est pas assez compliqué comme cela, il va rouler sur un vélo que vous connaissez bien (si vous lisez ce blog), gracieusement prêté par le Doc, le NINER SIR single speed. Avec la remorque, cela donne :

304990_439156512793120_992058170_n.jpg

Et là je me dis que mon Stéphane, il est très couillu mais aussi un peu fada !

Si vous voulez suivre ses aventures, rendez vous sur son Facebook ici !

Le grand départ c'est pour vendredi 21 septembre en début d'après midi du Puy.

 

Love, peace & MTB

Repost 0
1 mars 2012 4 01 /03 /mars /2012 10:00

 Totolito et une jolie brassée de vendéens sont descendus dimanche 26 février dans les Pyrénées Orientales pour faire du VTT !!!

A l'occasion de la Garoutade, Toto nous fait un magnifique compte rendu de leur dimanche de rêve....

Merci Toto et bravo à tous !

 

garoutage2012 0013

 Les vendéens au départ : Antouaine, Numéric, Virtual, Totolito, Gilles "Hei Hei", et.... aidez moi j'ai un trou !!!

 

 

« MAGIC RIDE DANS LE 66 »

 

Pour sa 16ème édition, les organisateurs de la Garoutade nous l'ont faite à l'envers. Avec à la clef une foule de plaisirs insoupçonnés. Récit d'un petit monument du VTT.

 

64km, 2600 mètres D+

 

La Garoutade, c'est d'abord une paire de chiffres sans équivoque : 64 km, 2600 mètres de dénivelé positif. Lecanigou tout saupoudré d'une préoccupation éco-responsable : gobelet réutilisable à transporter soi-même, ravitaillements bio et naturels, et même cette année, un guidage par GPS en lieu et place du traditionnel balisage

 

Un tas de roches aggressives

 

La Garoutade, c'est ensuite un tracé : pas bien loin du littoral des Pyrénées Orientales, cette belle épreuve déroule ses sentiers sur des collines (copieusement) vallonnées entourant Ille sur Têt, jonchées de tout un tas de roches agressives et taquines pour les mécaniques et organismes. Un circuit défini chaque année par une poignée de passionnés de l'Amicale Cycliste Illoise, emmenée par Brice Epailly. Une équipe qui ne se refuse aucun compromis : s'il faut ouvrir ou nettoyer des dizaines de mètres de chemins pour accéder à LA descente, ce sera fait. Au final, le résultat parle mieux que garoutage2012 0019tout un discours : une trace splendide, technique, physique et engagée, qui pousse chaque vététiste au plus près de ses limites. Cette année, la Garoutade tournait dans le sens anti-horaire, appelant la métaphore du "beurre et l'argent du beurre" : les meilleures descentes de l'an dernier, agrémentées de nouvelles "encore plus plus", et des bosses sur sentier plutôt que sur piste... sans oublier LE moment de bravoure de l'épreuve, le fameux CH3. Bons ingrédients, savante alchimie.

 

Un immense ciel bleu

 

La Garoutade, c'est enfin une ambiance : pas de compétition, pas de chrono, remplacés par du respect et de la chaleur humaine. En guest cette année (et comme souvent dans le coin !), un soleil de plomb et un immense ciel bleu baigné d'une douceur printanière. Les outils pour s'y mesurer sont variés : du singlespeed tout rigide titane au gros enduro généreusement suspendu, du mollet taillé à la serpe de l'acète au bedon proéminent du bon vivant, tous y sont... et y reviennent. Les têtes connues se reconnaissent au matin du départ, aux ravitos ou au repas d'arrivée. Les mines réjouies des arrivants arborent fièrement leurs traits tirés, se congratulant modestement au gré de récits de passages "engagés" réussis, de montées impossibles vaincues.garoutage2012 0025

Voilà bien la magie de la Garoutade : quand on y vient, forcément on y revient.

 

-       6h50, nous sommes prêts à prendre le départ, il fait encore nuit mais il faut mettre toutes les chances de notre côté pour terminer ce raid

D’ille sur têt , le raid part doucement plein ouest, pour gravir au km 5, le sentier des anciennes carrières

 

-       Km7, ça y est, le dénivelé négatif se déroule à flanc des gorges de la guillera vers Rodés

 

-       Km18, le CH3 se profile, on va grimper pendant de très longues minutes sur des pistes larges et ravinées pour finir ensuite par un gros portage

 

-       Km22, on redescend aussi sec sur la face nord jusqu’au ravito, avant de remonter l’autre face du CH3 avec ces terribles % qui n’en finissent jamais

 

-       Km29, THE descente du CH3, c’est long, pentue, caillouteux, technique, sec, poussierreux……c’est le top du vttetiste

 

-       Km32, un petit bout de bitume qui nous fera le plus grand bien avant de rattaquer une longue piste montante

 

-       Km39, enchainement d’une longue séquence délicieuse vers boulternère, c’est trop bon !

 

-       Km44, il reste encore quelques bosses moins longues mais usantes, ou Numéric nous place une accélération qui me laissera sur place ! Antoine arrive a prendre la roue !

-       Km50, nous montons jusqu’à la citerne avant de replonger dans les singles de Montroriol pour une partie très ludique et technique avec de bonnes grosses marches en pierre comme on les aime !

garoutage2012 0045garoutage2012 0042 

 

-       Km58, dernière bosse, nous savons que nous irons tous au bout, le rythme accélère, on monte vite, très vite avant le bouquet final bondissant vers Ille sur têt

 

-       Km61, on se tire la bourre pour savoir qui payera sa tournée, nous avons tous finis cette superbe édition 2012

 

9h20 après le départ, nous revoilà à la salle, une moyenne de 8.8 km/h, 63 kms et 2600 m de D+

le plateau repas est bien mérité et le débriefing durera toute la soirée ainsi que toute la journée de lundi dans le mini

 

Merci à toute  l'équipe de Bryce pour cet événement décidément "à part". Les Garouteurs vendéens vous saluent !

 

2 liens pour 2 superbes vidéos de la journée :

 

http://www.pinkbike.com/video/244238/

http://vimeo.com/37582397

 

A l’année prochaine .

  

garoutage2012 0049

 Les héros fatigués mais heureux !

garoutage2012 0051

Repost 0
21 septembre 2010 2 21 /09 /septembre /2010 07:27

roch2010 1

 

Je n'y étais pas cette année, mais beaucoup de vendéens ont fait le voyage. Toto en était et il n'a vraiment pas regretté !

En plus, il nous a fait plein de jolies photos...

 

Arrivée tardive au gite le vendredi soir, apéro, pattes et dodo
samedi aprés midi, nous partons voir le salon du roch et faire nos premiers tours de roues
nous choisissons le roch'n bosses qui, selon un organisateur, est un circuit trés ludique, technique et physique
comptez 2 heures pour faire 15 kms

c'est parti:
on rentre directement dans la forêt de Huelgoat et on en sortira jamais.
Ca grimpe, ça tourne, ça descend, pleins de racines dans tous les sens, c'est le pied.
Le décor est magnifique et voilà les 17 kms baclés à 9.8 km/h de moyenne

On rentre au gite pour manger et passer une bonne nuit ( c'est raté pour moi, j'ai un gros ronfleur dans la piaule )

Réveil 6h dimanche matin pour être au départ à 7h50
0° dehors et la pelouse est gelée
Je suis inscrit sur le 80 kms mais mes collégues insistent pour partir avec eux sur le 100 ! Allez, je suis la troupe...
pour faire rapide les 50 premiers kilometres se passent le plus souvent dans les forets de sapins avec quelques passages assez gras, de grosses grimpettes et des descentes qui tabassent pas mal
les 50 derniers kms sont pour moi les meilleurs, de grands paysages découverts, avec beaucoup de cailloux pour monter au point culminant de la Bretagne, c'est magnifique !

 

 roch2010 3



Félicitations à l'organisation, tout était parfait, les ravitos trés bien garnis, le fléchage nickel .........

Mon premier 100 kms est baclé aprés 7h53 de roulage, soit 13 km/h de moyenne
Merci les gars d'avoir insisté pour partir sur ce circuit et félicitations pour les finishers du 120 kms

 

et moi je dis, bravo mon Toto !

 

Pour voir le reportage (très) complet de Toto, cliquez ici !

Repost 0
26 août 2010 4 26 /08 /août /2010 12:05

http://idata.over-blog.com/0/24/76/55/aall/aall_4167.jpg

 

Rappelez vous, il y a quasiment un an jour pour jour, je vous faisais part de la victoire du vendéen Sam Péridy aux championnats du monde master de Pra Loup...

Sam est passé cet été dans son "pays" natal et a plus particulièrement rendu visite à l'équipe de Roulavélo à Challans.

La photo souvenir et le récit de Sam sur ses aventures 2010 sont sur le site de Roulavélo.

Quant aux sentiers du lac Jaunay, la poussière n'est toujours pas retombée au sol depuis la semaine dernière...

Repost 0
16 juillet 2010 5 16 /07 /juillet /2010 19:50

http://www.offroad-bike.fr/champsaur/images/bandeau.jpg

 

Patrice, membre de l'organisation de la Puyfolaise a déserté (ouh le vilain !) la Vendée pour aller tater de la montagne... de la vraie. C'est pas loin de Gap dans les zautes Alpes. Il nous fait l'amitié de partager son expérience :

 
Hautes-Alpes (05), vallée du Champsaur, l'Off-Road 2010 : rando d'Or FFC sur 50km +2100m/-2300m
 
Un peu d'histoire :
Les Hautes-Alpes ne sont pas les plus hautes, mais à l'époque de la création des départements, c'était la partie Française la plus haute... un peu plus tard La France s'est étendue et a atteint des sommets encore plus hauts !
 
Mais pour faire du VTT c'est déjà bien, bien haut.
 
Préparatifs :
Attirée par une épreuve très médiatisée : affiches et pub partout, j'ai choisi de m'essayer au VTT en montagne sur une rando de 50km
http://www.offroad-bike.fr/champsaur/index.php : j'ai laissé la compétition aux compétiteurs !
Déjà c'est cher ici : 15€ d'inscription. Mais vu la qualité de l'organisation, cela se comprend : lire la suite !
 
L'inscription :
Comme souvent, malgré l'inscription sur place, le supplément pour inscription tardive n'est pas réclamé.
Mais suite à l'inscription, nous recevons le T-Shirt "Off-Road Champsaur 2010" ainsi que quelques publicités.
Le petit plus sympa : un jus d'orange, un croissant et un pain au chocolat...
Je n'avais point faim, mais plutôt l'envie de pédaler !
 
Le départ :
Le départ de la rando se fait dans un créneau de 30 minutes, en l'occurence pour les 50 km, vu la chaleur annoncée, l'essentiel des 50 à 60 participants est parti dès 8h30 ou presque.
Le ton est donné immédiatement, 200 mètres après le départ : 50 mètres de prairie à monter sur le petit plateau !
 
Le parcours :
C'est un parcours de montagne, mon premier !
- 1 à 2 % de partie plates,
- 5% à 10 % de bitume (en particulier une jonction entre 2 vallées, et une très longue montée en plein soleil !)
- 1 à 2 % à monter à pied (trop raide) ou à descendre à pied (pente trop forte)
- plein de pistes forestières (50% du parcours) : souvent assez carossables dans les montées et avec beaucoup de cailloux dans les descentes
- plein de "singles" (30 à 40 % du parcours) : chemins des randonneurs : les descentes étroites en lacets, c'est pas facile !
 
Les impressions : Ce que l'on ressent en tant qu'habitué des pistes vendéennes :
- En préparation : 25 km quelques jours avant : un dénivelé de +500m sur 7 km... pour se rassurer.
- Les montées sont souvent longues : il faut pour les plus difficiles, mettre pied à terre pour reprendre son souffle, admirer le paysage, voire pousser le vélo !
- Les descentes sont pleines de rigoles énormes et de cailloux tout aussi dangereux : si en Vendée, il est possible de descendre à fond ; en montagne avec de telles pentes on passe son temps sur les freins, et aucune envie de regarder le paysage à ce moment là. A la fin de certaines descentes, c'est les mains qui sont fatiguées à force de freiner !
- Une bonne partie du parcours est un régal d'un point de vue technique : passage de rocher, en équilibre au bord des ravins, vélo sur l'épaule dans le lit des torrents à sec ou presque.
- Peut-être un manque de souffle lié à l'altitude (au dessus de 1500m)
- Pas de fatigue le lendemain, zéro courbature !
 
Les ravitos : du jamais vu !
- au départ, jus d'orange et viennoiseries
- 3 ravitos avec : pastèque, melon, pruneau, abricot, pâte d'amande, prunes, orange, pêche, banane, chips, biscuits, et je crois que j'en oublie !
  Et à boire, c'est un accueil sympathique qui sous le soleil matinal vous sert le sirop de votre choix !
- A l'arrivée : rebelote ! Avec en plus une patisserie locale, des tourtons, du saucisson...
 
Le fléchage :
Le fléchage était bien, malgré quelques lieux sujets à hésitation : simple et efficace. Mais en comparant, celui de notre Vendée Verte est encore mieux... !
 
L'ambiance :
- Accueil vraiment excellent au départ, sur les ravitos et à l'arrivée : les bénévoles étaient nombreux et efficaces.
En particulier à proximité des passages dangereux, la croix rouge était présente.
 
Arrivée :
5 heures plus tard avec plus de 30° (il faut juste beaucoup boire), mon compteur donne 54 km environ pour une moyenne de 13.5
 
Conclusion :
Les Alpes et ses milliers de km de pistes est un vrai royaume du vélo tout terrain.
Physiquement, c'est seulement un peu plus diffcile (surtout avec plus de 30° !)
Par ici, il y a beaucoup de monde sur les compétitions et peu sur les randos : pas de bouchon !
A vous de venir voir !
 
PS : pour le matériel, privilégier un modèle tout suspendu, dans les descentes, un débattement de 120 voire plus c'est pas du luxe si vous voulez allumer... sinon faite comme moi : un vieux semi-rigide à 400 € fait l'affaire... en allant doucement !
 
Pat'
Repost 0
10 juin 2010 4 10 /06 /juin /2010 11:18

  profil

 

La Transvésubienne 2010 s’est déroulée le 30 mai 2010 entre la Colmiane et Nice dans les Alpes Maritimes. Toujours réputée pour être la « référence » en matière de VTT (physique et technique), le parcours cette année était fidèle à celui de 2009 : 80 km,  un petit 3000 m de dénivelé positif et plus 4000m de dénivelé négatif. (ces chiffres à eux seuls me donnent le vertige…)

Notre Bats en était pour la 3ème fois, il faisait partie des 900 du départ et surtout, des 418 à l’arrivée…et pour la 3ème fois, il nous fait l’amitié de nous raconter son épopée :

 

Trois petits autocollants imprimés de 7 petites lettres formant le graal de tout mtbiker : « FINISHER » 

 

Finisher du Truc, de la RFAPDDONDPPLNDM ou plus simplement de la Transvésubienne!

 

En début d'année avec, Kazimor, mon acolyte habituel de sortie, on décide de refaire la Transvésubienne pour la troisième année consécutive. Le hic, c'est qu'il n'a pas fait très beau en ce début d'année.

Kazimor n'est pas super motivé pour rouler et moi, je déménage deux mois avant la date fatidique. Rien n'est réuni pour avoir la forme le jour J.

Malgré ça, nous nous organisons pour avoir un semblant de forme fin mai.

 

Vendredi 28 midi, je laisse ma voiture chez Madame Kazimorette qui m'a préparé un repas de fou puis me dépose à l'aéroport de Nantes-Atlantiques.

1h30 plus tard, j’arrive sous le ciel gris et pluvieux niçois.... J'appelle Chouchen qui est déjà à La Colmiane pour qu'il vienne me chercher.

Le temps qu'il arrive, la pluie s'est arrêtée et le soleil a refait son apparition.

 

En fin d'après-midi, Kazimor et José arrivent en voiture à La Colmiane et aménagent dans notre spacieux et luxueux logement (salle de billard, spad, sauna....etc). Nous serons 5 à y loger : Kazimor, José, Chouchen, Max49 et moi-même

Nous passons dire bonjour aux autres bretons avec qui nous avons organisé notre trip (Mag21, Ril, Arthelio,Loïc29, piepie...).

 

Samedi matin, séances de bricolage sur les vélos de Kazimor et de Max49. Pendant ce temps, José et Chouchen sont descendus sur Nice avec les autres bretons pour y déposer les voitures (nécessaire pour le retour dimanche).

 

On profite aussi de l'après-midi pour aller au pied de l'immeuble  retirer nos plaques et marquer les vélos. J'y retrouve mes « Ride Air » favoris : Shupa, Crapoto, Tocata, Crapoto, JP, Yeti47, Papy46, Rone, Gahan, et mon viking auvergnat Tricky

 

Papotage, chambrage , on fait quelques pronostics sur qui finira ou ne finira pas ;-)

 

Le temps passe, mes gentils RA qui ne logent pas sur place sont obligés de nous quitter pour rejoindre leur gîte.

 

Couché après minuit (pas sérieux pour des soi disant compétiteurs LOL) et réveil à 4h45 pour être prêt pour la mise en grille à 6h00.

 

Transvesubienne 2010 072

La mise en grille se fait mieux et plus rapidement que les années passées (cette année, le départ se fait en trois vague car on approche les 850 inscrits).

 

 

6h30, les fauves sont lâchés. Comme les autres années, je prend un départ tranquille , sans aller jouer des coudes dans la descente de la piste de ski (ligne droite avec des chicanes artificielles et des rigoles). La pente s'inverse, et là je décide d'appliquer ma stratégie pour éviter les futures bouchons : j'appuie sur les pédales tout le long de la première ascension. Au premier pointage, je suis en 119ème position. C'est bon signe pour la suite.

Levens qui a pris un mauvais départ me rattrape et m'incite à le suivre ... Le hic, c'est qu'il porte comme une chèvre (alors que je ressemble plus à un éléphant). Je le laisse filer vu que je n'ai pas retrouvé les jambes que j'avais lors de la Garoutade. (site)

 

Le terrain est gras suite aux pluies de la veille. Je n'ai pas de bonnes sensations dans cette première partie descendante, sur un single grassouillet avec quelques passages dans la neige. En gros, je ne la sens pas, tellement pas que j'arrive à crever une première fois alors même que le single n'est pas cassant.

Le temps de réparer je vois passer Ril et Chouchen L

 

Les premiers portages se profilent à l'horizon. La solution pour ne pas déprimer : baisser les yeux, regarder ou poser ses pieds et avancer sans se poser de question.

Le premier ravito pointe son nez. Qui dit premier ravito dit aussi bonne grosse descente immédiatement après (Col d'Andrion). Je ne m'arrête pas et je m'engage dans ce premier toboggan qui secoue. Elle se passe très bien malgré les marches, cailloux  et les racines. Vu que je suis bien frais, je m'amuse bien et je double pas mal de monde J

 

Fin de la descente, je rejoins Chouchen sur un single tout lisse, il a crevé. Je me propose de l'aider.... et en passant juste devant lui ...... PIFFFFFFFFF..... Hihihihihihihihi, je viens de crever moi aussi ! ( MDR). Nous aurions pu crever cent fois dans la descente précédente ... Mais non, nous avons crevé sur un single tout lisse (re-MDR).

 

Pas grave, on discute en réparant et pas mal de monde nous repasse devant re L

 

Une fois la séance bricolage terminée, je repars en laissant mon Chouchen derrière moi. J'accélère pour récupérer Loïc29 qui est passé devant moi durant la réparation. Il s'écarte pour me laisser passer juste avant une petite descente de quelques minutes qui m'amène à un des mythes de la Transvésubienne : le Brec d'Utelle.

Le portage est facile malgré un terrain caillouteux, le lieu est propice à faire des jolies photos (on retrouve souvent ce portage en photo).... Facile le portage sur ce versant ..... Ok. Mais la descente de l'autre versant du Brec est un des gros morceaux de cette Rando Familiale À Profil Descendant. Du gaz à droite, des épingles bien fermées, un single totalement couvert de pierres qui roulent, des marches, rien de stable. C'est sûrement la descente la plus difficile de la journée. Pas mal de monde est a pied. J'ai du faire les trois quart sur le vélo. Le quart restant… à pied... bien que cela soit aussi casse gueule quand vélo J.

Transvesubienne 2010 160

 

On amorce à partir de ce moment la montée vers la Madone en passant par des Terres Grises , ambiance lunaire J . Puis re-portage , poussage et roulage (dans l'ordre que vous préférez, et aussi par alternance) pour atteindre le haut de la Madone et son ravito. J'en profite pour papoter avec Jip de GrenobleVTT (le monde est petit) et me re-mémoriser une sortie avec les membres de ce forum  (un vidéo  ==> http://www.lesbobinesduchat.fr/Dino-Rose-au-Fourchu,44.html ).

 

Petite pause bouffe et remplissage du camel puis je repars pour l'autre moment de bravoure de la « truc ». La descente de la Madone. Le début (70/100 m?) est un empilage de rochers acérés, les 9/10 des concurrents passent à pied...

Je ne sais pas trop ce qui m'a pris, je me suis engagé dedans sans réfléchir, en me disant juste qu'il fallait que je reste sur le haut du passage. Et d'un seul coup le cerveau s'est remis a fonctionner... j'avais fait le plus dur aux dires des spectateurs quand je décide de poser pied à terre et de finir le début de la descente à pied. Je suis sur que hors Transvésubienne et avec des amis pour parader, j'arriverais à la passer en entier (Kazimor pense de même, reste plus qu'à organiser une virée dans le sud).

Le reste de la descente est constitué de grosses dalles rocheuses, de marches et de parties bien glissantes. Puis direction le Pont de Cros par une succession de singles plaisants, de descentes pierreuses et piégeuses...

 

Ouf ! on arrive enfin au Pont de Cros pour attaquer un des gros portages de la journée. J'alterne poussage, portage et de temps en temps un peu de pédalage  jusqu'au moment ou j'atteins la piste large qui contourne le mont Férion.

Cool, une piste large mais celle-ci monte régulièrement et n'offre pas de passage ombragé. Une grosse suée  plus loin, on arrive à une citerne permettant de se rafraîchir avant d'attaquer un tout petit portage. Puis descentes, singles en dévers, petites montées à faire sur le vélo !!!! Cool! Puis bonne descente jusqu'au ravito de Levens.

Madame Yeti47 est présente, elle me donne des nouvelles des « Ride Air » et me prépare un excellent sandwich qui me redonne de l'énergie pour entamer la dernière partie de cette rando familiale.

 

Je remonte sur le vélo et prend la direction du Mont Cima. Je n'ai plus trop de souvenir de cette partie, juste que j'arrive au 4éme ravito à Aspremont. J'y retrouve Ril. Au moment d'en repartir, je vois arriver Chouchen J

 

Après j'ai joué à mon EDV en laissant mes amis bretons derrière. Direction le Mont Chauve par un portage dur.. Quelques crampounettes viennent me chatouiller les cuisses, mais rien qui m'empêche d'avancer. Je sais qu'une fois arrivé en haut, la descente sera splendide.

Transvesubienne 2010 283

A ce niveau, le parcours change par rapport à l'année dernière, on ne monte pas au Fort, on attaque directement dans la descente marteau-piqueur. Des cailloux en profusion, il faut absolument garder de la vitesse pour ne pas faire de chute ou d'OTB. Je subis moins que l'année dernière cette partie et j'arrive même à m'amuser (à l'opposé de l'année dernière) puis on bifurque sur « H-Tension », une piste de descente très ludique. Petits sauts, virage à droite, virage à gauche, marche, re-saut .... etc.

J'entends du bruit derrière moi! Je propose de laisser passer .... On me répond "occupe toi pas de nous, roule". Ok, les gars ...

Ouuups! je freine car surpris par une bonne marche juste dans un virage .. Ça freine derrière !!! Désolé les gars, vous voulez vraiment pas passer?

Je me retourne et à ma surprise, ce n'est pas des concurrents mais des Marshalls (nos anges gardiens en moto) . Ils me confirment de continuer devant... Cela m'incite à accélérer J  C'est cool d'avoir un peu de pression derrière, j'ai descendu le reste de la descente beaucoup plus vite (tout en gardant une marge de sécurité) que ce que j'avais prévu dans ma petite tête de vendéen.

300 m de route puis grosse descente toute en glisse pour rentrer dans la « Jungle ». Cette année, Georges Edwards (l’organisateur mythique du mythe) a retiré l'échelle au niveau d'un passage d'une ravine, je suis obligé de faire le tour en poussant le vélo. La Jungle a été taillée, elle est moins touffue et se passe facilement comme la traversée/roulage du Paillon (petit cours d'eau qu'on traverse 4/5 fois pour éviter de prendre la route).

 

Hop! Une flèche m'indique de remonter du lit du Paillon ... Cela sent le final ... Et quel final. Bonne montée sur bitume suivit des trois longs escaliers!!! Georges nous a gâté pour la fin.

Les jambes tirent mais sachant qu'il reste un km on se fait tous mal pour bien finir.

 

L'entrée dans les arènes est sympa... Ouf c'est fait! Et de trois ... Le fameux sticker tant convoité est sur la plaque.

 

Reste maintenant plus qu'à attendre les copains. Ceux-ci arrivent petit à petit.

 

On papote avec Levens, Crapoto, Madame Yeti47, Papy46, on refait le parcours avec mes amis bretons et nantais. Bon , à force de papoter il est 19h00, l'organisation commence à tout démonter, il est temps pour nous de rejoindre notre gîte à la Colmiane.

 

Pour ceux ne connaissant pas le type de parcours, imaginez la descente, le single le plus dur, technique que vous connaissez en Vendée, Maine et Loire, Loire Atlantique ..... Multipliez par 1000, 10000 la difficulté et vous obtiendrez à peu près le type de single « vésubien ». À cela ajoutez du gaz, du soleil, de la poussière, des cailloux acérés, de la sueur... ;-)

 

Ceux qui trouvent les bords de la Sèvre, Mervent, la Garoutade dures.....Passez votre chemin, vous risqueriez de ne pas apprécier le voyage!

 

Deux mots pour finir :

Vivement 2011!

 

 

Bats n’était pas le seul vendéen au départ (et à l’arrivée).  Nos potes du MudJet team en étaient également : http://mudjet-team.over-blog.com/

 

Pour info, le vainqueur François Bailly Maître (team Scott) gagne en 6h16.

Bats est 222ème en 10h12, Patrick du MudJet Team des Olonnes 302ème en 10h54, les nantais Kazimor 303ème dans le même temps et José 371ème en 11h35.

 
Si vous voulez en être en 2011, c’est par là qu’il faut commencer :

http://www.avalanchecup.com/raidavalanche-transvesubienne-06-news-videos.html

 

Mais attention voici à quoi cela ressemble dans le détail :  trace GPS

 

 

Et pour finir, une dame sur la Transvé...... pfffff, chapeau bas !

Transvesubienne 2010 212

 


.

Repost 0
22 mai 2010 6 22 /05 /mai /2010 11:05

randoreport.jpg

 

Fréd et ses potes sont allés rouler quelques jours un peu loin de nos terres, aux alentours de Limoges.

Notre "sniper" du compte rendu vttistique a encore frappé fort, je vous laisse déguster son énorme "rando report".

 

Il était une fois dans l’Ouest… du Limousin.

 

L’histoire se déroule en l’an 2010 pendant les 5 jours et 4 nuits du 12 au 16 mai.

Mercredi 12 à 14 H 30, neuf mercenaires vendéens prenaient la route menant en région Limousin, en Corrèze, à Chamberet « City » aux portes du plateau des millevaches. Un petit village de 1300 âmes, plus exactement c’est dans un ranch vacances que se situait notre point de ralliement « les Roches des Scoeux » un espace de 60 hectares à visiter sur www.rochesdesscoeux.com. Une arrivée à 19 H 30 pour retirer nos dossards et les clés de nos deux gîtes. Une inscription tardive, fin décembre 2009, nous obligeant à respecter l’ordre d’inscription et donc l’hébergement à l’extérieur du centre vacances se trouvant pour nous à 5 km. Sans déception, ni regrets car les gîtes étaient vraiment très bien.

Après une première nuit nous étions fins prêts à conquérir l’eldorado corrézien en compagnie d’une cavalerie constituée de 210 autres montures, venues de tous les horizons. 30 départements français, une bonne trentaine de belges et deux anglais, tous à l’assaut de cette grande chevauchée fantastique intitulée « la rando limousine », 8ème du nom à visiter sur www.randolimousine.fr.

10 H l’aventure pouvait enfin commencer, et quelle aventure ! L’association « nature limousine » avait plus d’une balle à son revolver… Des balles tirées à une distance totale de 208 bornes réparties en quatre étapes.

4 coups de feu très bien tirés avec chacun une différence de calibre topographique bien ciblé. Une première balle tirée le jeudi à 53 Kms sur 1330 mètres de dénivelé positif. Une belle ballade à travers la petite montagne limousine, sans prise de risque, idéale pour débuter ce périple et découvrir le pays.

Une deuxième tirée le vendredi à 62 Kms sur 1650 m de d.p. vécu comme un vrai rodéo tant les ascensions, les descentes et les vues nous ont dessellés, certainement le plus beau coup dégainé par les organisateurs durant ce duel contre dame « nature limousin ».

Le samedi, un troisième coup tiré à 61 Kms sur 1490 m de d.p. Un départ d’Eymoutiers en Haute-Vienne pour aller jusqu’au superbe lac de Vassivière. Une étape fusillante de part les efforts physiques accumulés depuis 3 jours.

Et puis une quatrième et dernière étape de 32 Kms sur 1050 m de d.p. Une balle tirée en plein corps traversant nos jambes lourdes, nos cerveaux déboussolés et nos cœurs de vendéens heureux.

Ce gros travail de cow-boy limousin était accompagné d’une ambiance conviviale et festive très réussie. Des repas de qualité et d’une quantité suffisante, petits-déjeuners copieux, déjeuners froids variés et approvisionnés sur les circuits à des endroits très bien choisis (sauf pour le jeudi midi choisi en raison d’une météo incertaine). Le soir c’était dîner thématique, canard gras, truite fumée, barbecue viande limousine ou encore pâté de pommes de terre géant et toujours l’apéro et vin à volonté. L’ambiance assurée par une soirée concert, une soirée film et photos de la rando et une dernière soirée concert accompagnée par la très mousseuse « Calamity James » qui a provoqué bien des émules dans le saloon des fêtes de Chamberet… Je veux bien sûr parler de la tireuse à bière.

 

Un grand merci à l’association organisatrice constituée de cavaliers courageux et passionnés, de tireurs d’élite toujours prêts à dégainer leur gentillesse face aux demandes des brigands de notre espèce.

Un merci tout particulier à Aline pour ses repas et à Tatie Caillaud pour son accueil et sa bonne humeur.

Un bonjour à Christophe, Andrzej et Stéphane dit T1000, trois autres vendéens présents là-bas.

 

Ils nous ont fait vivre un western fabuleux sous la bonne étoile des shérifs que sont Jean-Marc Allaman et Gérard Rouzairol. A l’année prochaine peut-être si nos dames le permettent encore, mercis à elles, restées au ranch au fin fond du far West vendéen en compagnie de nos petits indiens.

Signé les neuf mercenaires* neuf vététistes plombés de beaux souvenirs.

 

* présentation des mercenaires :

Lucky Luke alias CaptaineMath, l’as de la gâchette Shimano, l’homme qui roule plus vite que son ombre et que toutes celles des autres !

 

Buffalo Bill alias Bébert, tueur de pneus Michelin, l’homme qui roule dans l’ombre du CaptaineMath mais juste par crainte de son seul ennemi… le soleil !

 

The Duke alias Miloo, cavalier émérite malgré sa monture capricieuse comme un âne, cavalier doté d’une âme pur sang !

 

Jesse James alias Gwen, éperonné avec classe, l’homme de l’Atlantique armé d’un cœur vendéen, le cœur sur la main et plein d’autres sur le casque 

 

Butch Cassidy alias Bibine, le plus grand descendeur …de bières et de pâté limousin.L’homme aux lunettes de pro !

 

Billy the kid alias Kevin, le plus petit, l’homme à la taille écrasée par sa grande vivacité d’esprit et physique, un grand homme !

 

Wild bill alias Dus, l’homme discret, beaucoup plus que la couleur de sa monture, une relève montante dans les descentes VTT ou alcoolisées !

 

Bob Dalton alias Tchita , l’homme fort ,sur qui l’on peut compter lors des soirées à Chamberet mais aussi sur le VTT, sauf en cas de 4ème journée !

 

Fred Cassidy alias Fredelagaub, frère de Butch, l’homme qui ne sait plus quoi inventer pour se faire remarquer !

Repost 0